POURQUOI LEUR PARLER ?

Publié le par Tatyana-V

 

Je remercie pour toutes les gentillesses qui me touchent beaucoup. Je ne fais pas souvent blog car en dehors du travail je prends du temps pour ma vie, je lis j'écoute de la musique et comme mon mari travaille beaucoup nous profitons le plus possible des moments que nous passons ensemble et puis je parle presque uniquement de ce qui se passe au service.

 

L'été beaucoup de gens croient que c'est une période où il y a moins de drames et peut-être moins de tension dans un service comme celui où je travaille. Il faut chasser cette idée car l'été aussi est très dur pour ceux qui sont en difficulté de santé ou en faiblesse due à l'âge, la chaleur fatigue beaucoup les personnes fragiles et il y a plus de solitude donc moins d’aide de la part du voisinage. Et puis il y a des imprudences t des personnes qui ne sont pas conscientes des risques auxquels elles s’exposent ou qu’elles font courir aux leurs et notamment aux plus petits.

 

J’ai participé à la mise à niveau de 3 infirmières qui venaient en renfort d’autres services. Elles étaient pleines de bonne volonté mais aussi très stressées car elles se trouvaient avec un matériel dont elles n’ont pas l’habitude et amenées à faire des gestes très spécifiques qui n’appartenaient pas à leur pratique. Je me suis appliquée à bien expliquer, à bien montrer, à rassurer tout donnant des conseils en vue de l’amélioration. C’est difficile et passionnant. En fin de service l’une d’elle m’a dit : pour ceux qui ont un peu de conscience je comprends, mais les autres pourquoi leur parler ? Alors je lui ai expliqué tous les avantages que je vois à parler. D’abord en disant à la personne ce qu’on fait et ce qu’on constate et ce qu’on va faire c’est un moyen de contrôle sur soi-même, je suis certaine que beaucoup de personnes qui font des choses délicates se parlent dans leur tête ou tout haut mais il y a très important aussi : beaucoup d’études ont été faites, beaucoup de témoignages ont été recueillis et ce qu’on appelle l’absence de conscience n’est pas aussi nette qu’on pourrait le croire. Il  y a des phases plus ou moins longues et alternatives où la perception reprend puis disparaît, et je crois que pour l’esprit d’une personne qui est prisonnière ( c(est le mot juste je crois) d’un corps très affaibli et très assisté en sachant  que ce corps est lui-même sous de grandes contraintes, oui vraiment je crois qu’une voix qui s’adresse à cet esprit même s’il est très confus est quelque chose de très important, comme la petite caresse sur la joue ou sur la main. C’est un lien, c’est comme une petite lumière dans un très grand brouillard. Dans beaucoup de services on appelle les gens par leur nom en disant Monsieur ou Madame. Ici et ça fait longtemps on appelle les personnes par leur prénom et je pense que ça réduit un peu le stress car notre prénom c’est quelque chose d’intime, voilà je lui ai dit tout ça et elle a eu un beau sourire et j’ai été très heureuse car je pense qu’il faut transmettre sa technicité mais aussi ce en quoi on croît, ce qu’on a ressenti.

J’ai hésité à retirer le commentaire de  " question" sur l'article précédent et puis j'ai laissé mais ces allusions au sujet de ce qui se passerait dans "la salle de garde" sont honteuses.     

 

 

Je ferai un peu de visites d’amitié aujourd’hui et demain, et je dis toujours amitié et fraternité.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Elena800 17/07/2011 10:42



Bonjour Tanya, ma croisière à Spitzberg s'est bien passée et sur le bateau il y avait beaucoup de personnel russe ou d'Odessa. Bisous



Bernard 16/07/2011 19:01



Bonjour Tanya, un article tout en nuance, ou tout est précis. J'aime beaucoup le terme ''la voix qui s'adresse à l'esprit'', cela résume l'utilité de parler. L'esprit est à l'écoute.


La réponse que tu as faite à Justine mèle technique et mots simples. Bravo.


Toute mon amitié Tanya.



Maryse 15/07/2011 21:02



Bonsoir Tanya, je suis très émue de vous écrire je suis la soeur de Delphine et nous sommes avec mes parents à Bordeaux. J'avais visité vote blog sur orange et je suis venue ici deux fois mais je
n'ai pas osé m'exprimer. Ce soir j'ai envie de le faire parce que ce que vous dites est si juste au plan médical c'est certain mais aussi au plan humain. Vous exprimez parfaitement ce que j'ai
ressenti quand j'étais dans cette période où on reprend contact avec sa vie. Je me souviens de trois choses, votre voix qui me rassurait, vos gestes tellement doux, votre regard tellement ami.
Après j'ai compris que ce qui m'avait paru être un instant très court avait duré toute une nuit. C'est extraordinaire mais j'avais eu l'impression que vous aviez été tout le temps avec moi, c'est
Delphine qui avait passé de minuit à sept heures derrière la vitre qui m' a raconté. Je sais que vous le savez par Delphine je vais bien et je suis heureuse, je suis certaine que je me
souviendrai toujours de vous et souvent j'ai dit à mes amis que c'est merveilleux d'avoir eu un ange à son réveil. Je vous embrasse des milliers de fois affectueusement et avec une immense
reconnaissance. Je suis fière et heureuse de vous dire que j'ai participé à l'opération de Delphine Le Noël de TANYA.



justine 15/07/2011 20:35



Ne te laisse pas impressionner par ce genre d'écrits, Tanya.... Ce sont des pauvres d'esprit qui écrivent ce genre de commentaire... C'est bien pourquoi la personne en question ne se présente
pas... N'a-t-elle pas de blog ?


Continue ton beau métier humainement, sereinement, le reste est sans importance.


Toute mon amitié Tanya.



Laurence_philo 14/07/2011 19:11



Bonjour Tanya votre article plein de sensibilité est très clair la réponse que vous apportez à vos deux commentateurs est parfaite. Elle permet de comprendre bien des choses elle montre aussi la
haute idée que vous avez de votre si beau métier, si exigeant et certainement si épuisant. Hélas encore une saleté a été déposée chez vous quel acharnement, ces gens qui vous insultent - toujours
les mêmes je pense- comment fonctionnent-ils, quelles sont leurs qualités pour vous juger, qu'ont-ils fait de bien, de quels dévouements  et de quel désinterressement peuvent-ils se réclamer
par rapport à vous ? Je suis d'accord avec lou lou filou, laissez ces cris de haine pour que les gens mesurent ce qu'est la lâcheté et ce qu'est la bassesse. Je vous embrasse Tanya, je passe
le pont avec Delphine chez ses parents, nous parlerons de vous, nous serons émus.