NE PAS IMPOSER CA

Cette nuit Henri qui est maintenant sous assistance plus légère s'est inquiété car  il voulait savoir si on pourrait l'aider à aller aux toilettes, ce genre de question arrive assez souvent dans ces moments où il y a plus de conscience mais pas encore assez pour se rendre compte de tout. Il voyait qu'il ne pouvait pas bouger mais il ne se rendait pas compte qu'il était sondé, alors je l'ai rassuré, mais très timidement il m'a demandé "et pour autre chose ?" Je lui ai dit qu'il n'y avait qu'à demander et qu'on avait tout ce qu'il faut pour ça et que ce n'est rien du tout, qu'on l'installerait et qu'après on le débarrasserait, il m'a dit qu'il se retiendrait le plus possible pour ne pas nous imposer ça, et il avait des larmes dans les yeux. Avec Sylvie on lui a un peu plus parlé et ça l'a rassuré, on a séché ses larmes, caressé sa main, ça nous a pris un peu de temps puis il s'est calmé, et il a redormi. Je sais que ce n'a l'air de rien mais quand on réussi une chose toute simple comme ça, on est contentes, ça correspond à ce qu'on a choisi, aider.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :